AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (rite) hogwarts turning to dust

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


potion maker

messages : 146
pseudo : heartsamess
face claim : carey mulligan (amortentia)
MessageSujet: (rite) hogwarts turning to dust   Jeu 4 Aoû - 17:17


hogwarts turning to dust
Louise Scamander


Comment tu es en arrivée là est un mystère que tu n’es pas sûre de vouloir élucider. Ton regard effaré ne quitte pas la silhouette si familière de la fameuse école de sorcellerie que tu as fréquenté, que beaucoup d’autres sorciers ont fréquenté. Tu ne reconnais pas Poudlard, ne l’ayant connu qu’en temps de paix et de prospérité. La guerre semble faire rage autour de toi, ne laissant que des murs en ruines et des corps brisés sur son passage. Ton coeur bat la chamade contre tes côtes, ton souffle est court. Tes yeux sont écarquillés, aussi ronds que les soucoupes que ta chère et tendre Maman aimait tant utiliser pour l’heure du thé. Un sort lancé à la sauvette passe non loin de ta tête, frôlant dangeureusement ta peau blafarde et marquée par la fatigue. Tu retiens ton souffle. Tu n’as rien, si ce n’est quelques mèches blondes à présent plus courtes que les autres. Tu clignes des yeux frénétiquement pendant quelques instants, puis enfin – enfin – tes jambes se décident à se mouvoir. Ta démarche est rendue plus lourde par le stress ; tu boîtes terriblement et c’est en cet instant que tu jures doucement entre tes dents serrées. Qu’est-ce que tu n’aurais pas donné pour avoir cette canne en bois que tu hais tant d’habitude pour t’aider à avancer en cet instant. Tu te presses difficilement, ta jambe gauche trainant lourdement, alors que différents sortilèges fusent autour de toi, que les cris retentissent et que les corps tombent. Tu t’arrêtes subitement quand la silhouette d’un sorcier s’abat juste devant toi ; il n’a pas l’air bien vieux, il n’a pas du fêter plus de dix-neuf anniversaires. Il ne bouge plus. Est-il mort ou juste inconscient ? Tu l’ignores, tu n’oses pas te pencher vers lui pour vérifier. Tu déglutis difficilement et te contentes d’enjamber le corps inanimé.

Tu aurais aimé pouvoir courir comme tu le faisais dans ta jeunesse, comme tu le faisais quand tu étais encore étudiante à Poudlard. Oh ce que tu avais pu courir dans ces longs et larges couloirs malgré les réprimandes de tes différents professeurs. Tu avais été une adolescente pleine d’énergie et d’enthousiasme, qui n’avait pas honte de rire face à des réprimandes aussi légères. Mais ce n’est guère pour ton amusement personnel que l’envie de courir te tord actuellement le ventre, non. C’est pour échapper à cette désolation qui fait rage autour de toi, pour partir loin de cette atmosphère cauchemardesque et de ce château que tu ne reconnais plus. Les souvenirs de ta jeunesse affluent alors que tu marches aussi vite que ta jambe raidie te l’autorise. Tes yeux se font humides alors qu’un cri plus sonore que les autres parvient à tes oreilles. Tu ne prends pas la peine de te retourner, tant la peur te tord le ventre. Tu n’as pas le courage d’un Gryffondor, ni même l’audace d’un Serpentard ou les connaissances d’un Serdaigle. Tu n’es qu’une ancienne Poufsouffle qui n’a rien de particulier, qui n’a pas de capacités particulières pour t’en sortir, malheureusement. Et cette pensée te rend fébrile. Tu vas mourir aujourd’hui, tu en es persuadée. Tu n’en as pas vraiment envie, mais il faut se rendre à l’évidence ; tes connaissances en créatures magiques et ta capacité à faire de bonnes potions découlant de cela ne te sont guère utile à un tel moment. Tu frémis, mais tu continues d’avancer. Dans la panique générale, tu passes totalement inaperçu, malgré le fait que tu bouscules plus d’un sorcier sur ton passage. Mais ceux-ci étant trop occupés à mener leur bataille ne réagissent pas le moins du monde, te laissant progresser presque paisiblement vers ton objectif ; un endroit sûr, où tu pourrais te cacher jusqu’à ce que cela passe.

Tu te diriges vers la cour qui donne sur l’entrée du château sans trop réfléchir, songeant passer les coursives pour trouver une salle désertée pour te mettre à l’abris. La bataille de Poudlard … tu en as entendu parler, bien entendu. Tu as fréquenté l’école de sorcellerie bien peu de temps après ladite bataille, celle qui a changé – d’une certaine manière – la face du monde sorcier. Mais entre en entendre parler et voir la chose de ses propres yeux, il y a un très large fossé, te rends-tu compte. Ton coeur s’affole contre tes côtes, alors que ta respiration se fait de plus en plus difficile. Oh Merlin, qu’est-ce que tu peux haïr cette situation incongrue dans laquelle tu te trouves. Un grogement sourd retentit dans la cour, te faisant trembler et laissant un frisson d’effroi te parcourir l’échine. Ton regard se pose sur le propriétaire du grognement. Ton sang se glace alors que tu aperçois une large et imposante silhouette. Un troll, un être dénué de la moindre capacité de réflexion et connu pour ses pulsions relativement répugnantes et violentes. Tu presses le pas davantage, autant que se faire se peut. Tu jettes des coups d’oeil rapide à l’intérieur des différentes salles alors que tu prends littéralement tes jambes à ton cou. Il y en a une, juste là, sur ta droite, qui est totalement vide, si ce n’est pour quelques bureaux retournés et des chaises brisées. Tu te précipites à l’intérieur si vite que tes pieds se dérobent sous toi et que tu t’étales longuement contre le pavé de l’ancienne salle de classe. L’air quitte brutalement tes poumons alors que ton visage heurte le sol froid. Tu grinces des dents en te redressant légèrement. Tu regardes par dessus ton épaule pour vérifier que personne ne t’a remarqué ou même entendu, chose qui serait plutôt étonnante étant donné le capharnaum extérieur.

Tu te relèves aussi vite que possible, le coeur lourd dans ta poitrine et haletante. Tu marches rapidement jusqu’au fond de la classe, te cachant dans l’ombre sinistre qui s’y trouve. Tu t’appuies contre le mur de pierre et te laisses glisser au pied de celui-ci. Tu essaies de respirer aussi profondément que possible, ton coeur battant encore trop vite sous l’effet de la panique. Tu ne peux pas être là, tu ne devrais pas être là. Tu fermes les yeux, sentant un sanglot naître au fond de ta gorge. Tes mains, moites et tremblantes, se posent sur ta bouche pour l’empêcher de s’échapper d’entre tes lèvres. Tu as peur, si peur. Tu n’as pas le courage de prendre part à la bataille, tu n’es pas assez douée pour y participer et espérer t’en sortir. Tu serres les dents et poses ton front contre tes genoux pliés. Tu n’as qu’à attendre que ça passe et espérer le mieux … comme la lâche et faible que tu es.
 
AVENGEDINCHAINS

_________________

   
   
It was a long and dark December, from the rooftops I remember; there was snow... White snow. Clearly I remember, from the windows they were watching while we froze down below.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
(rite) hogwarts turning to dust
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Robeez Mini shoes et Stride Rite NEUVES - A SUPPRIMER VENDU
» Gastro-entérite
» stride rite
» La gastro-entérite
» la vie mérite t elle d'etre vécu?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
≈ YOU BURN FIRST :: 
Temporis Hereditas
 :: Le retourneur de temps
-
Sauter vers: